L’avenir des emplois et l’intelligence artificielle! Ce que révèle le WEF (Forum économique mondial)

Partagez sur les réseaux sociaux

Le 17 septembre 2018 Par Richard Desrochers

2018 est définitivement l’année des révélations dans le domaine de l’intelligence artificielle, prédictions hasardeuses ou scientifiques, elles sont toutes importantes lorsqu’on y regarde de près ou de loin les implications futures. L’automatisation, la recherche, le divertissement, les assurances ou le domaine de la santé ne sont que quelques champs d’expertise ou l’intelligence artificielle est déjà bien implantée. Bref, c’est toutes les spécialités d’emploi et toutes les sphères économiques qui devraient être touchées par l’intelligence artificielle. Conséquemment, les emplois et les tâches seront ainsi révisés dans les prochaines années. Voici ce que révèle la dernière étude intitulée « L’avenir des emplois 2018 » du Forum économique mondial (WEF).

 

50 % des tâches effectuées par des machines.

L’étude sur l’avenir des emplois révèle que d’ici 2025 plus de 50 % des tâches seront automatisés. Par exemple, aujourd’hui, on évalue que c’est plutôt 29 % qui sont effectués par des machines. Avec des chiffres aussi impressionnants, il est facile de comprendre que le marché de l’emploi va être excessivement ébranlé. Cette même étude révèle également que c’est 133 millions de nouveaux emplois qui devraient être créés et qu’il y aura 75 millions d’autres qui seront déplacés d’ici 2022. D’ailleurs, on parle beaucoup de 2020 comme l’année charnière d’intégration massive des nouvelles générations d’outils informatiques à base d’intelligence artificielle.

 

Une étude crédible

Pour cette étude, le WEF a enquêté auprès des responsables des ressources humaines et de hauts responsables des sociétés de 12 secteurs industriels et de 20 économies développées et émergentes représentant 70 % du PIB mondial. Du côté de la formation, c’est 54 % des travailleurs qui vont avoir besoin d’une mise à niveau afin d’exploiter les nouvelles technologies. Mauvaises nouvelles pour les travailleurs peu scolarisés ou peu spécialisés, c’est plus de la moitié des entreprises qui ont déclaré avoir prévu de ne reclasser que les employés occupant des postes clés. On prévoit également une baisse substantielle de la main d’œuvre à temps plein.

 

Recommandations et formation

Enfin, 40 % des compagnies interrogées prévoient d’étendre leurs effectifs en général et plus d’un quart s’attendent à ce que la robotisation crée de nouveaux postes dans leur entreprise. On conclut l’étude, en recommandant aux compagnies de jouer un actif dans le soutien de leurs effectifs existants grâce à la reconversion et au perfectionnement en adoptant un rôle proactif.  Beaucoup de travail est à prévoir pour les professionnels en RH et les formateurs spécialisés.